prevnext
Menu

Un petit aller-retour pour la route !

Un petit aller-retour pour la route !

A 19 heures, mercredi 6 juillet, a été donné le départ de l’ultime étape de la Solitaire Bompard – Le Figaro 2016. Au programme de ces derniers 130 milles nautiques, un aller-retour La Rochelle – l’Île d’Yeu à parcourir le plus rapidement possible dans de tous petits airs. Fatigué et surtout blessé depuis le départ de Paimpol, Benoit Hochart ne partira pas sur cette étape dans les meilleures dispositions physiques possibles. Le skipper du figaro Presqu’Île de Rhuys – Miramar reste cependant très motivé et porté par la même envie qui l’anime depuis ce début de compétition : à savoir bien naviguer !

C’est en effet ce que le solitaire d’Arzon confiait à quelques heures de larguer les amarres et de diriger l’étrave de son figaro vers la ligne de départ. « Comme à chaque fois, je suis impatient d’être sur l’eau et de rentrer en compétition. C’est la dernière étape et j’ai envie de bien faire, de bien terminer et de ne pas avoir de regret. Après physiquement, c’est sûr que je suis un peu diminué. Les radios faites hier ont montré que j’avais deux côtes cassées. Malgré les médicaments, cela reste très douloureux, notamment lors des manœuvres donc naturellement j’appréhende un peu le parcours de démonstration. Pour moi, cela va être la grosse difficulté de ce début d’étape. Ensuite, il faudra passer l’Île de Ré avec le courant au risque de se faire piéger et de devoir attendre la prochaine marée. Nous devrions ensuite longer la côte vendéenne avec un vent thermique de secteur Nord-Ouest d’une dizaine de nœuds puis atteindre l’Île d’Yeu dans la nuit avec un vent s’orientant dans le Nord-Est de quelques nœuds. Nerveusement, cela promet d’être dur. La fatigue accumulée et le manque de certitude météorologique pour la redescente vers l’Île de Ré vont nous occuper une bonne partie de la nuit et de la matinée de demain. Selon l’installation du vent thermique sur zone ou non, on peut espérer rejoindre le pertuis d’Antioche vers 18 heures ou 23 heures. Jusqu’à la fin, il y aura beaucoup de paramètres à prendre en considération et beaucoup de jeu. C’est une dernière étape assez courte mais sur laquelle il peut encore y avoir de gros écarts de temps à l’arrivée. Pour les premiers comme pour le peloton, il y aura beaucoup d’enjeux et de prises de risques. Chacun va saisir les opportunités qui se présenteront à lui. Ca va être captivant. »

Texte Laure Lunven

Suivre la course :

A terre, aussi la dernière épreuve promet d’être passionnante à suivre, notamment via le direct proposé par l’organisation de la course. En effet, cette dernière étape sera entièrement retranscrite sur la page Facebook et sur le site Internet officiel de la course via Dailymotion. Dès le départ, le 6 juillet à 18h50 et jusqu’à l’arrivée, environ 24 heures plus tard, des images seront diffusées en direct toutes les heures pendant la journée ainsi que lors du passage de la marque, au nord de l’île D’Yeu. Des consultants, à terre et en mer, interviendront à l’antenne pour faire vivre au public tous les enjeux de cette étape cruciale qui sacrera le vainqueur de La Solitaire Bompard Le Figaro 2016